Chroniques

Chants d’Exil

Théâtre du Balcon

38 rue Guillaume Puy

84 000 Avignon

Réservation au 04 90 85 00 80 ou contact@theatredubalcon.org

Du 13 au 16 Février

Le jeudi à 19h, vendredi et samedi à 20h30

et le dimanche à 16h

Théatre de Lenche

Place de Lenche

13002 Marseille

Réservation au 04 91 91 52 22 ou lenche@wanadoo.fr.

18 au 22 Février

Mardi, vendredi et samedi à 20h30

mercredi et jeudi à 19h

Théâtre Aimé Cesaire

Rue Victor Sévère

Fort de France

13 au 15 Mars

Réservation au Réservation au 05 96 59 43 29

ou theatre.foyal@fortdefrance.fr


Mise en scène: Serge Barbuscia

Avec Aïni Iften et Serge Barbuscia

Yvonne Hahn: Bandonéon

Scénographie et Lumières: Sébastien Lebert

Composition et arrangement : Pacal Fodor

Retour

Avignon 2014. Février déploie son 13 au soir sur une lune quasi ronde. La vieille ville n’a toujours pas eu à lécher remparts et quartiers des morsures de l’hiver. C’est ainsi. La guerre du froid n’aura pas lieu !

19h. Le « Balcon » ouvre son théâtre de pierres apparentes à la curiosité fervente d’un public venu nombreux à la première représentation de « Chants d’Exil », une évocation des heures sombres de Bertolt Brecht mises en lumières par Serge Barbuscia, le tout sous forme de chansons, de poésies, d’anecdotes et de témoignages.

Je comprends là qu’il a fallu un vrai travail de documentaliste pour extraire le « récit final » de l’œuvre complète de Bertolt Brecht. De « Troisième enquête » à « On brûle les livres » en passant par « Appel des vices et vertus » et « Chansons d’une mère allemande », entre autres, la sève a été créée. Elle coule dans les veines des deux comédiens Aïni Iften et Serge Barbuscia qui portent le texte avec passion et sobriété, accompagnés par le Bandonéon nostalgique d’Yvonne Hahn.

Et puis, au cours du spectacle, quelques  moments particulièrement magiques dont je ne dirai rien ici afin d’en préserver la saveur intacte.

1h20 plus tard, j’entends la ferveur du public. Je l’accompagne.

Je sors heureux du ‘Théâtre du Balcon », un peu plus riche.

Et rien ni personne pour m’empêcher de  mettre en parallèle  1933 – 2014.

 A voir !


PierPatrick