PierPatrick
Poète
Chroniques
boZ
Média
Eden 666
en vrac
Mémoire sentinelle
Liens
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète
Poète

                  Même le ciel s'y est mis




Même le ciel s'y est mis

Peau neuve, peau neuve et peau de lapin, la pimprenelle

et youppiiiie… !


0 poète, 0 fou, bonjour, bonjour, bonjour


Bonjour, Monsieur du Fou !


Qu'il fait beau.

Beau partout


Beau dans le ciel

Beau dans le café du matin

de ce matin que nous avons bu ensemble

Beau dans le coeur

du coeur que nous avons chaviré ensemble


0 poète, 0 fou, bonjour, bonjour, salut embrasse le monde

embrasse la vie embrasse la terre

embrasse ta mère

et dis-leur Merci, Merci, Merci,

Merci à p1ein soleil


0 poète, 0 fou

Fou à plein soleil

Fou, fou de toi,

Bonjour,

Fou, fou avec toi

Bonjour,

Fou, fou avec nous

Fou, fou ensemble Bravo!


0 poète, 0 dingue de poète, 0 dingue de fou

0 dingue, complètement dingue, dingue, dingue

et divaguant « peau neuve, peau neuve et peau de lapin,

la pimprenelle et youppiiiie! »

Même le ciel s'y est mis!

  

Fantasque


Fantasque, va nus pieds un fer au bout, tant pis !,

Tant mieux !-, je bats la route et la poussière vole

Jusqu'en première loge, un brin d'herbe frivole

Aux dents comme un caillou qui pèse sans répit


De l'étoile à la gorge où rugissent tes larmes,

Un oiseau sur la tête, un chapeau sur le cœur

Ailé de plombs dans l'aile, un buvard pour les pleurs :

Amour, bonjour le jour, melon, jambon de Parme,


Un doigt de rien, beaucoup !, puis tes doigts dans le cou

Où je suspends ta lèvre, enfant, encore, ensemble,

Décidemment, c'est bon ! Bon, la paupière tremble

Où vrillent des… ! Pardon ! Plus loin, ailleurs, jusqu'où ?


Jusqu'en nous le serment qu'on ne va jamais lire,

Jusqu'au cri nouveau-né martelant mon soulier,

Qui me déchaussera la tête, ce geôlier

Prisonnier, sans serrure aux clés de son délire !


Du soleil dans ton œil, merci petit bon dieu,

Merci to œil, merci le ciel, je veux te dire

Merci, merci, je vole, il fait beau dans ton rire ;

A demain , nous aussi ! Tous les deux dans les yeux !

, va nus pieds un fer au bout, tant pis !,

Tant mieux !-, je bats la route et la poussière vole

Jusqu'en première loge, un brin d'herbe frivole

Aux dents comme un caillou qui pèse sans répit


De l'étoile à la gorge où rugissent tes larmes,

Un oiseau sur la tête, un chapeau sur le cœur

Ailé de plombs dans l'aile, un buvard pour les pleurs :

Amour, bonjour le jour, melon, jambon de Parme,


Un doigt de rien, beaucoup !, puis tes doigts dans le cou

Où je suspends ta lèvre, enfant, encore, ensemble,

Décidemment, c'est bon ! Bon, la paupière tremble

Où vrillent des… ! Pardon ! Plus loin, ailleurs, jusqu'où ?


Jusqu'en nous le serment qu'on ne va jamais lire,

Jusqu'au cri nouveau-né martelant mon soulier,

Qui me déchaussera la tête, ce geôlier

Prisonnier, sans serrure aux clés de son délire !


Du soleil dans ton œil, merci petit bon dieu,

Merci to œil, merci le ciel, je veux te dire

Merci, merci, je vole, il fait beau dans ton rire ;

A demain , nous aussi ! Tous les deux dans les yeux !

  

HLM Fleur



Quelle est donc cette vague

Qui roule dans l'oeil vague

D'un enfant de la ville

Dans l'oeil d'un vague enfant

Qui n'a vu que la ville

Que la ville trop vague

Quelle est donc cette vague

Qui coule dans l'oeil-ville

De cet enfant de ville


De cet enfant de ville

Qui découvre la mer

Et découvre la vague?


Quelle est donc cette étoile

Qui glisse dans l'oeil pâle

D'un enfant des cités

Dans l'oeil d'un enfant pâle

Qui n'a vu que des murs.

Les murs des cités pâles

Quelle est donc cette étoile

Qui vibre dans l'oeil-murs

De l'enfant des cités

De l'enfant des cités

Qui découvre le ciel

Et découvre l'étoile?


Quelle est donc cette fleur

Qui pointe dans l'oeil peur

D'une enfant d'H.L.M.

Dans l'oeil d'une enfant fleur

Qui n'a vu que béton

Béton d'H.L.M.-peur

Quelle est donc cette fleur

Qui germe en l'oeil-béton

De l'enfant d'H.L.M.

De l'enfant d'H.L.M.


Qui découvre son coeur

Et découvre la fleur?


Découvrons-nous, Messieurs,

Il manque encore à découvrir!

  

page

Prose et Poésie

page